UFF : Investir en Duflot est rentable

D’après Nicolas Schimel, président de l’Union Financière de France (UFF), le dispositif Duflot est très avantageux pour les investisseurs sachant que son rendement net peut atteindre jusqu’à 3 %.

Un taux de rentabilité jusqu’à 3 %

Des conditions de loyers plus strictesInvestir en loi Duflot est-il intéressant ? Voilà une question que de nombreux professionnels de l’immobilier en France se posent. Pour Nicolas Schimel, PDG de l’UFF, la réponse à cette question est oui. Le rendement avant impôt, mais après frais de gestion du dispositif est comparable à celui de la loi Scellier, son prédécesseur, pouvant atteindre jusqu’à 3,3 % pour un placement bien pensé, a-t-il indiqué. À cela s’ajoute la défiscalisation de 18 % dont pouvant bénéficier l’investisseur en Duflot. À noter que cette dernière est offerte dans la limite de 300 000 euros par an. La réduction fiscale est donc plafonnée à hauteur de 54 000 euros sur neuf ans, soit 6 000 euros annuels.

Le dispositif Duflot s’associe en revanche d’un certain nombre de conditions. Les loyers doivent être inférieurs à 20 % du tarif moyen sur le marché. D’après un décret ministériel en date du 30 décembre 2012, le plafond à appliquer peut varier en fonction de la zone d’implantation de l’immeuble, à 16,52 €/m2 pour la zone A bis, 12,27 €/m2 pour la zone A, 9,88 €/m2 pour la zone B1 et 8,59 €/m2 pour la zone B2. Un coefficient multiplicateur est à prendre en compte lors du calcul du loyer. Sa formule est donnée par : 0,7 + 19/surface du logement. Ainsi, plus le bien est spacieux, plus le plafond est faible.

Un dispositif plus social

La loi Duflot prévoit aussi un plafond de ressources pour les locataires. Ceux-ci s’étalent entre 26 776 euros et 114 315 euros, en baisse par rapport au dispositif Scellier. Un surplus de 12 736 € par personne à charge supplémentaire est accordé pour les ménages composés de plus de 6 personnes. Le but est en effet de viser notamment les familles les plus modestes. Enfin, le bien doit être en conformité avec le label BBC 2005 (bâtiment basse consommation) ou répondre aux exigences de la nouvelle réglementation thermique RT 2012 si le permis de construire a été déposé après le 1er janvier 2013.