Le secteur du logement n’est pas encore sorti de la crise. Le marché reste peu dynamique entraînant un relèvement du niveau de stock de biens disponibles pour la vente.

La situation du marché reste compliquée

Les statistiques émanant du ministère assurant la tutelle du secteur du logement révèlent que 101 100 biens étaient disponibles pour la vente sur la période d’avril 2013 à juin 2013. Ce département ministériel fait état ainsi d’une augmentation de 9,9 % en variation annuelle des stocks du côté de l’offre. Cette situation s’explique par une forte diminution du nombre de biens neufs vendus au T2 2013, évalué à 25 100 lots comparativement à la performance du T2 2012. Par ailleurs, le ministère en charge du logement note une progression de 24,1 % des cas d’annulation de commande sur une année glissante.

Il faut plus de temps pour vendre

La situation qui prévaut sur le marché de l’immobilier ne peut qu’entrainer une chute du volume des transactions des agents immobiliers. Ces opérateurs se trouvent toujours en difficulté malgré une légère progression du nombre des réservations au cours de la période étudiée. Ces professionnels indiquent que l’amélioration est à peine perceptible et que la hausse des commandes ne s’élève qu’à 1,9 % au T2 2013 en variation annuelle. La baisse sensible (-2,6 %) des tarifs immobiliers n’a pas amélioré les choses. Au contraire, les biens mettent plus de temps pour trouver un acheteur.

Les maisons se vendent moins

Les statistiques communiquées par le ministère chargé du Logement confirment par ailleurs que les maisons se vendent moins. Les responsables de ce département parlent d’un recul de 13,6 % des ventes pour ce segment de marché au cours de la période étudiée. Les statisticiens expliquent que cette contre-performance était prévisible après la forte baisse enregistrée au mois de décembre 2012 et après un léger redressement constaté le trimestre d’après. Pour dire que la reprise n’est pas encore d’actualité pour les professionnels de l’immobilier.