Lors de ses interviews avec la presse, la ministre Cécile Duflot ne cesse de rappeler les objectifs qu’elle avait fixés concernant la construction de 500000 nouveaux logements, dont 150000 destinés au logement social.

La loi SRU révisée

La ministre a récemment annoncé la révision de la loi SRU, afin de donner un nouvel élan à la construction de logements sociaux. Ce type de logement devrait alors constituer 20 à 25 % du parc immobilier français dans chaque ville. La modification de cette loi ne sera toutefois pas suffisante pour atteindre l’instauration des 500000 logements promis. Il serait même peu probable que cette loi à elle seule puisse infléchir à moyen terme la courbe négative des constructions de logements au cours des derniers mois. En effet, les chiffres présentés par Cécile Duflot montraient que les mises en chantier avaient baissé de 22,5 % entre le mois de mars et le mois de mai. Le nombre de permis de construire délivrés a également connu une baisse de 2 %.

Maintenir un objectif grâce à un plan ambitieux

Les professionnels de l’immobilier sont plus que jamais dans l’attente de mesures visant l’appui du gouvernement sur les achats de logements neufs réalisés par les investisseurs privés, depuis que la ministre du Logement leur a fait savoir la suppression du dispositif Scellier, en fin 2012.
La réduction actuelle de la construction en France n’est due à autre chose à part la suppression des dispositifs fiscaux précédents. La ministre a estimé de son côté que ces dispositifs étaient extrêmement chers pour l’État, et non ciblés de surcroît. Cécile Duflot souligne bien sa théorie : le secteur de la pierre doit pouvoir jouir d’une continuité et de règles stables.
Afin de réaliser son projet de construction de ces 500000 logements, l’État a également lancé un programme de performance énergétique et thermique du logement, qui devrait trouver un consensus au dérèglement climatique actuel et les moyens financiers des Français par rapport aux dépenses en énergie.