La GUL – garantie universelle de loyer – une mesure proposée par la ministre chargée du Logement Cécile Duflot est passée devant les députés, mais la population ne partage pas l’avis de leurs élus. Le sondage initié par l’assureur Galian et confié au cabinet Harris Interactive le confirme.

Les Français s’expriment sur la GUL

Après les associations regroupant les différents métiers de l’immobilier, c’était au tour de la population française de donner son avis sur cette garantie que l’État a mise en place dans le but de protéger l’intérêt des bailleurs. L’enquête réalisée par la compagnie d’assurance Galian révèle que 54 % des personnes ayant répondu au questionnaire de Harris Interactive n’adhèrent pas à cette décision d’imposer une garantie contre les loyers non réglés. Ce sondage démontre une nouvelle fois que les Français sont attentifs aux questions relatives au logement parce que 65 % des sondés affirment avoir eu vent de cette GUL.

Des doutes sur les capacités du gouvernement

L’État avance à pas de géant dans l’application de cette garantie destinée à protéger les arrières des bailleurs, mais la population n’est même pas sûre si la démarche aboutira ou non. L’enquête du groupe Galian indique qu’une large majorité des Français, plus précisément 58 % émettent des doutes par rapport à la capacité pour l’État à supporter les charges liées à la concrétisation de la GUL. Les détracteurs de la garantie contre les loyers impayés affirment par ailleurs que la réussite de cette couverture dépendra de la volonté des assureurs à jouer ou non le jeu. Ces entreprises ne sont pas suffisamment armées pour y faire face selon 59 % de la population.

D’autres sujets de préoccupation

Outre les problèmes déjà évoqués plus haut, les sondés se disent également hostiles à l’idée que les cotisations soient supportées mutuellement par le bailleur et son client. 74 % des personnes interrogées affirment que cette mesure conduira à une flambée des tarifs locatifs tandis que 70 % des participants au sondage estiment que cette mesure risque d’inciter le locataire à ne plus payer ses dus. Les Français (84 % des sondés) reconnaissent pourtant que cette garantie peut instaurer une relation de confiance entre le loueur et l’occupant.