Désormais, les investisseurs n’ont plus carte blanche pour acquérir dans les régions où ils le souhaitent. En effet, la loi Duflot n’octroiera ses avantages fiscaux que pour les investissements dans les zones où le besoin locatif est criant.

Pour ne pas refaire les mêmes erreurs

Le ministère du Logement l’a bien souligné, la loi Duflot est destinée exclusivement aux régions où il y a une forte demande locative. Cette disposition a été prise afin que les abus du passé ne se reproduisent pas. Il n’est absolument pas question de revivre l’expérience de la loi Robien qui a vu naître une pléthore de  logements dans des zones où personne ne voulait s’installer.
Résultat des comptes, les zones concernées se limitent aux agglomérations qui abritent plus de 250000 habitants, comme la Corse, en Ile-de-France ou encore à Paris.
D’après le président d’un professionnel de l’immobilier à Paris, il serait judicieux de prioriser les investissements dans ces zones.

Une nouvelle répartition des villes dans les zones

Le nouveau zonage de la loi Duflot admet alors quatre zones bien déterminées, qui sont régies chacune par des plafonds de loyers spécifiques.
La zone A concerne l’Ile-de-France, la Côte d’Azur ainsi que la région française sur Genève.

La zone A bis concerne particulièrement la capitale, ainsi que les 29 communes qui constituent la petite couronne. Les villes très cotées comme de Bayonne, Annecy, de la Rochelle ou de Chambéry, appartenant à la grande couronne de Paris sont rassemblées dans la zone B1, ayant environ 250000 habitants ou plus. Le reste de la région Ile-de-France, ainsi que les zones littorales et frontalières sont regroupées dans la zone B2, affichant moins de 50000 habitants au compteur. Rappelons d’ailleurs que le dispositif Duflot a fait l’impasse sur la zone C.

Où aller en priorité ?

La logique serait de penser à Paris et sa proximité immédiate. Pourtant, les prix sont bien trop élevés dans Paris intra-muros, ainsi que dans les Hauts-de-Seine, sans oublier les Yvelines, si bien que la rentabilité en dispositif Duflot serait moindre.

Par contre, les communes comme Bagnolet, Saint-Denis, Saint-Ouen ou Aubervilliers sont parfaitement adaptées au dispositif, affichant des prix aux alentours de 4300 euros / m².