Mauvaise nouvelle pour les locataires, la hausse des loyers risque de se poursuivre en 2013. L’économiste Michel Mouillart table sur un chiffre aux alentours de 1,6 %.

Une hausse qui surpasse l’inflation

De récentes statistiques publiées par l’Observatoire des loyers Clameur le montrent, les loyers sont ressortis en hausse de 2,2 % l’année dernière après avoir progressé de 1,6 % en 2011. Les effets de l’application de l’encadrement des loyers ne semblent pas avoir d’effets. Ce dispositif, effectif depuis le mois d’août dernier, a pour rôle d’empêcher les bailleurs de pratiquer une augmentation supérieure à l’indice de référence des loyers (IRL). Le doute qui pèse sur le marché de la location a toutefois amené certains acteurs à pratiquer une hausse plus sévère que d’habitude, souligne le rapport. À cela s’ajoute la forte augmentation des quittances en été dernier dans les grandes villes universitaires. Mais la situation a commencé à s’inverser depuis le début de l’année. Dans la capitale et à Bordeaux, on annonce une chute de 4,1 % au cours des deux premiers mois de 2013. La baisse est plus limitée à Marseille et à Montpellier, respectivement à 0,1 % et 0,4 %. En tout, le recul concerne près de 45 % des agglomérations de plus de 10 000 habitants et 60 % des plus de 100 000 habitants.

Des taux très disparates

La hausse des loyers reste faible dans certaines villes en 2012, à l’image de Nantes et Dijon, enregistrant une flambée de 0,4 % et 0,1 %. À l’inverse, à Brest et à Reims, l’inflation a culminé à 6,9 % et 6,6 %. Mais force est toutefois de reconnaître qu’en cette saison d’hiver, la demande locative est à son plancher. On constate également une forte baisse du nombre de déménagements. L’incertitude pesant sur la conjoncture économique amène les locataires à adopter un comportement hésitant. Ainsi, au cours des deux premiers mois de l’année, un locataire sur quatre a changé d’habitation. Ce taux est en baisse comparativement aux chiffres publiés en 2012 (27 %) et 2011 (27,7 %). D’après l’économiste Michel Mouillart, le risque est grand de voir les loyers repartir à la hausse en 2013 devant la baisse du volume de l’offre. Au cours des deux dernières années, le nombre de biens mis en location a diminué de près de 95 000 unités.