C’est l’été, nombreux sont les Français qui vont opter pour la location saisonnière pour les vacances. Il faut prendre certaines précautions éviter les mauvaises surprises : faire un état des lieux, bien établir les termes du contrat, etc.

Prendre connaissance du lieu de destination et des charges réelles

Aujourd’hui, de nombreux Français sont victimes de la non concordance des formules proposées sur le papier avec la réalité. Afin d’éviter les mauvaises surprises, la DGGCRF ou direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a établi certaines recommandations. Ainsi, il est d’usage d’exiger une description précise des lieux, avec photos à l’appui. Il est également très important que le propriétaire des lieux vous fasse connaître le montant des diverses charges, tel le nettoyage, la commission d’agence ou encore les frais d’état des lieux, etc.

Les termes du contrat servent de preuves de l’accord en cas de litiges

Comme lors de tout accord, un contrat doit être établi par écrit, stipulant le montant du loyer, tous les éléments compris dans la location, ou encore la durée pendant laquelle la maison ou l’appartement sera loué. En cas de litige, c’est ce contrat qui servira de pièce justificative. Un simple échange de lettres pourra d’ailleurs faire office de contrat.

Bien différencier le paiement d’un acompte ou d’arrhes

Le paiement d’un acompte ou d’arrhes sera requis, afin d’officialiser la réservation d’un lieu de villégiature. À priori, ces deux termes semblent vouloir dire la même chose, sauf qu’ils sont tout à fait différents : l’engagement du propriétaire et du locataire n’est pas définitif, au paiement des arrhes. Il se peut que le propriétaire les garde, même dans le cas où le séjour sur les lieux est annulé.
Toutefois, si le propriétaire se désiste au dernier moment, le supposé locataire pourra prétendre à un dédommagement double à la somme du montant déjà payé.
Par contre, lors d’un paiement d’acompte, le contrat de location lie définitivement le client au propriétaire. En cas de désistement de dernière minute du prétendant à la location, le propriétaire sera en droit de réclamer le loyer dans son intégralité à ce dernier.