GURL – Solutions face aux expulsions liées aux loyers impayés

Le ministre du Logement Cécile Duflot pense avoir trouvé la solution pour éviter les expulsions liées aux loyers impayés. Celle-ci porte le nom de Garantie universelle des revenus locatifs ou Gurl qu’elle prévoit d’inclure dans sa future loi sur le logement et urbanisme.

Tout le monde a le droit de se loger

Pour Cécile Duflot, le Gurl ou Garantie universelle des revenus locatifs pourrait constituer un moyen efficace pour lutter contre les expulsions dues aux loyers impayés. Lors de son intervention sur France 2 mercredi 13 mars dernier, la ministre verte a dit vouloir trouver un remède efficace afin d’améliorer la situation. Se déclarant être hostile à la pratique de l’expulsion, elle a affirmé haut et fort que tout le monde a le droit de se loger et s’est montrée déterminée à vouloir intégrer le Gurl dans sa future loi sur le logement et l’urbanisme. Le but de la manœuvre est de trouver un terrain d’entente entre les loueurs et les locataires précaires, car près de 10 000 ménages dans l’Hexagone ont un urgent besoin d’être accompagnés par l’État pour pouvoir avoir un toit.

Un problème complexe

Le problème est en effet complexe, car selon Cécile Duflot, le gouvernement doit d’un côté s’assurer que les investisseurs locatifs soient toujours payés, et de l’autre, que les familles mêmes les plus modestes aient accès à des logements décents. La question est ainsi de savoir ce que la mise en œuvre de ce projet ambitieux coûterait à l’État. Notons que le problème du  financement de la Gurl n’a pas encore été soulevé jusqu’ici, mais la ministre du Logement reste sereine à ce sujet. Sans préciser le coût exact de l’opération, elle a affirmé que la caisse de garantie n’a pas besoin d’un montant énorme sans vouloir préciser une valeur exacte. Récemment, les organisations de défense des mal-logés en France se sont aussi mobilisées pour mettre un frein aux expulsions.

Elles ont demandé à suspendre cette pratique tout en suggérant de pénaliser les propriétaires qui s’opposent à la règle. Ce gel des expulsions ne devrait toutefois durer que pendant une courte période, juste le temps de trouver une solution efficace et pérenne. Ces mêmes organismes ont demandé à avoir un entretien avec le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone et celui du Sénat Jean-Pierre Bel