De nouveaux types de logement serviront désormais à résoudre la crise du logement en France : l’habitat participatif et l’habitat alternatif. D’après la ministre Cécile Duflot, ils bénéficieront prochainement d’un cadrage juridique spécifique.

En quoi consiste l’habitat participatif et alternatif ?

Lors de sa venue dans le Rhône et plus précisément à Villeurbanne, Cécile Duflot, la ministre de l’égalité des territoires et du Logement a annoncé un nouveau projet immobilier permettant de résoudre la crise du logement en France. Durant ce déplacement, elle a en effet visité un immeuble assez particulier. Non seulement l’immeuble est conçu de la manière la plus écologique, mais il est également mis sur pied par la collaboration entre ses occupants. Avec une ossature entièrement en bois, cette habitation qualifiée de « participative » héberge 14 ménages qui partagent la cuisine, la buanderie, le potager.

Après avoir constaté l’efficacité de ce type de logement, la ministre du Logement a également précisé qu’elle souhaite lancer un projet de loi visant à le développer sur l’ensemble de l’hexagone. Un autre type d’habitat, l’habitat alternatif ou mobile déjà adopté par des centaines de milliers de Français a également attiré son attention. Elle estime en effet que ces deux types d’habitation méritent d’être régularisés pour rénover l’urbanisme en France.

Comment Cécile Duflot qualifie la notion d’habitat participatif

Après cette visite à Villeurbanne, Cécile Duflot a affirmé que le développement de l’habitat participatif et de l’habitat alternatif serait une solution idéale pour apporter un nouveau souffle à la crise du logement en France. Elle souhaite ainsi garantir et sécuriser la construction de ces nouveaux types de locaux en procédant à un cadrage juridique fiable. La ministre du Logement a également qualifié l’habitat participatif et l’habitat alternatif d’expérimentations citoyennes qui sont une nouvelle alternative à la production classique de logements.

Non seulement ils favorisent un penchant pour les logements écologiques, mais ils mettent également en exergue le développement de la mixité sociale entre ses habitants et leur solidarité. Pour développer ces nouveaux logements, un projet de loi dénommé ALUR ou Accès au logement et un urbanisme rénové sera présenté le 26 juin prochain en Conseil des ministres.